Nantes-Heid

Nantes, mercredi 25 mai au soir, une pile d’instruments de toutes tailles attend sur le trottoir du boulevard Louis Millet. Les musiciens de l’HTA se préparent à voyager toute la nuit dans un car pour rejoindre le village allemand de Heid en Rhénanie du Nord-Westphalie.

L’impression des participants
La Marche militaire n° 1 (Franz Schubert) sous la direction de Gaël
Beauty and the Beast (Arrangement de Toshio Mashima) sous la direction de Martin

 

Il s’agit, enfin (!), de la phase retour de l’échange initié en 2019 lorsque les musiciens du Musikverein de Heid étaient venus à Nantes. A cette occasion, ils avaient été accueillis quelques jours dans les familles des musiciens de l’HTA et nous avions tous partagé de très beaux moments avec, comme point d’orgue, le concert à la salle Paul Fort. Nous nous étions promis de nous revoir mais il a fallu s’adapter à la situation sanitaire et attendre 2022 avant de pouvoir le faire. Initialement, nous avions prévu de réunir l’HTA, le Musikverein et une chorale allemande pour interpréter « Va et vient – Hin und her » une œuvre que le compositeur nantais Franck Lagarde a écrite spécialement pour l’occasion et pour fêter les 90 ans de notre harmonie. Mais, avec cette année 2021/22 encore marquée par la pandémie, la chorale n’a pas pu répéter, et, nous avons dû renoncer à présenter cette œuvre en Allemagne …. Fort heureusement, nous avions déjà pu la créer et la jouer une fois, le 24 janvier 2022, lorsque nous avons fait notre concert marquant l’anniversaire des 90 (+2) ans de l’HTA à l’auditorium du Conservatoire de Nantes.

Entre 2019 et 2022, les formations de nos deux harmonies ont évolué et, après 14h de route, certains musiciens se sont reconnus mais beaucoup de nouveaux se sont découverts autour d’un buffet à la maison des associations de Heid.

L’emploi du temps de ces quatre jours d’échange était relativement simple: animations diverses dans la journée et répétitions communes en soirée suivies d’un moment de détente jusque tard dans la nuit, sans oublier les intermèdes gastronomiques dans nos familles d’accueil.

Le lendemain de notre arrivée, nous avons été accueillis par Bernd Clemens, le Bürgermeister (le maire), qui a fait un remarquable discours en français comme en allemand. Christophe Drodelot, le président de notre harmonie, et Laura Solbach, présidente de l’harmonie de Heid et enseignante de français, l’ont imité. Puis Laura nous a chanté quelques chansons françaises accompagnée de sa guitare; l’une d’elle est devenue le leitmotiv du séjour, « La maladie d’Amour » de Michel Sardou.

Nous avons ensuite eu l’occasion de faire plusieurs visites durant notre séjour, celle d’une ancienne fonderie, la Wendener Hütte, et d’un élevage de vaches laitières de la famille d’une des musiciennes du Musikverein, et une visite commentée du village de 600 habitants de Heid.

Tous les soirs, jeunes et moins jeunes se sont retrouvés autour de quelques bières pour chanter, jouer et danser jusqu’au petit matin.

Dès le soir de notre arrivée, nos deux orchestres se sont réunis dans le hall de Autohaus Stahl, concessionnaire Opel de Rothemühle. Le hall, débarrassé de ses voitures, offre, après quelques préparatifs (pose d’une estrade, de tables et chaises, d’un rideau de fond de scène, de décorations …), une très belle salle pour un concert. Près de 80 musiciennes et musiciens se retrouvent réunis sur la même estrade avec leurs deux chefs d’orchestre, Gaël Coutier et Martin Golle, qui se partagent la baguette de direction. Deux traductrices, Laura et Sabine Mayer, s’assurent que tout le monde comprend les instructions. Dans les pupitres, chacun découvre son voisin, une question en allemand, une réponse en français, quelques mots d’anglais se glissent par-ci par-là. On s’assure que les discours bilingues de présentation des morceaux soient compréhensibles !

Le concert a été un franc succès. La première partie a été réalisée par le Musikverein puis en seconde partie, les musiciens des deux harmonies se sont répartis par pupitre pour jouer tous ensemble la Marche militaire de Franz Schubert, et trois œuvres tirées de la musique des films de Disney (Cendrillon, La Belle et la Bête et La Reine des Neiges) . Après les immanquables rappels, Laura nous avait réservé une petite surprise, les musiciens allemands nous ont joué… « La Maladie d’Amour ».

La dernière soirée a commencé autour d’un barbecue conçu sur mesure par un artisan du village, et s’est poursuivie, tard dans la nuit (mais cela semble inutile de le préciser !) avec des jeux et des danses.

Quelques larmes ont coulé dimanche matin lorsqu’il a fallu monter dans le bus. Le voyage du retour s’est effectué sans problème, beaucoup ont dormi (!) alors que d’autres ont fait des parties de jeux très animées! Lorsque notre chauffeur, Olivier, nous a quitté au Mans, nous lui avons chanté, bien sûr ….  « La Maladie d’Amour ».

Cet échange a été soutenu par le Fonds citoyen franco-allemand :

Le Fonds citoyen franco-allemand conseille, met en réseau et finance les projets qui mettent en lumière l’amitié franco-allemande et l’Europe. Il soutient des projets de toutes tailles aux thèmes et formats variés et s’adresse à l’ensemble des acteurs de la société civile.

Lancé en avril 2020, le Fonds citoyen est issu du traité d’Aix-la-Chapelle signé en 2019. Sa mise en œuvre est confiée à l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ) et il est financé à parts égales par les gouvernements français et allemand.

Contact presse : Johanna Haag | haag@fondscitoyen.eu | +33 6 24 21 58 61

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page